Accueil Méthodologie Santé - Lobbies On lance de nouvelles maladies comme une marque de jeans

On lance de nouvelles maladies comme une marque de jeans

La façon dont nous allons nous sentir mal dans notre peau dans cinq ou dix ans se décide maintenant, dans les bureaux de l’industrie pharmaceutique.

 

Quelque chose vous a-t-il surpris en lisant l’article de Marcia Angell ?
Non, rien du tout. La corruption systémique qu’elle décrit est bien connue des spécialistes et elle a fait l’objet de plusieurs ouvrages très bien documentés, dont celui de Marcia Angell elle-même. La presse américaine se fait régulièrement l’écho des multiples scandales qui touchent l’industrie pharmaceutique. En fait, tout le monde sait, aux États-Unis, que le prix des médicaments est manipulé de façon éhontée par l’industrie et que le Congrès ferme les yeux. C’est devenu une question hautement politique car, comme l’a souligné récemment le président Obama, c’est l’une des principales raisons du déficit budgétaire américain, puisque l’État fédéral prend en charge les frais médicaux des personnes âgées dans le cadre du programme « Medicare ».

Dans un article récent intitulé « Maladies à vendre », vous présentez notamment le cas de la « fibromyalgie » (1). Pouvez-vous en dire deux mots ?
La fibromyalgie est caractérisée notamment par des douleurs musculaires diffuses et chroniques d’origine inconnue. La plupart des spécialistes s’accordent à y voir un syndrome psychosomatique aux limites extrêmement floues, qui chevauche la dépression et d’autres syndromes comme la fatigue chronique ou le côlon irritable. L’industrie pharmaceutique n’a joué aucun rôle dans la genèse de ce syndrome relativement confidentiel à la fin des années 1980, mais elle s’y intéresse beaucoup à présent car il correspond à un marché très rentable, celui des douleurs chroniques. On assiste donc actuellement au recyclage de plusieurs médicaments antalgiques ou antidépresseurs en médicaments anti-fibromyalgie. La fibromyalgie est un exemple typique de « maladie » promue artificiellement par les laboratoires pour vendre des molécules qu’ils pourraient tout aussi bien commercialiser pour d’autres maladies, réelles ou fabriquées. Ce sont des décisions marketing de ce type qui sont à l’origine de la promotion, voire du lancement, d’autres « maladies » récentes, comme la dépression, les crises de panique, l’anxiété sociale, le trouble bipolaire infantile, l’hyperactivité avec trouble de l’attention, le syndrome métabolique, le trouble dysphorique prémenstruel, le dysfonctionnement érectile, etc.

Vous citez le psychiatre britannique David Healy : « Supprimez les dix ou même les vingt médicaments qui se vendent le plus dans les pharmacies, la santé publique n’en serait pas affectée d’un iota. » Est-ce à dire que la plupart des médecins sont manipulés par l’industrie pharmaceutique ?
Healy fait référence ici aux lifestyle drugs. Ces médicaments dits « de confort » traitent des états chroniques qui ne sont pas des maladies à proprement parler – le surpoids, l’insomnie, la ménopause, la dépendance à la nicotine, le cholestérol, l’hypertension, etc. (voir encadré). Ce sont ces médicaments-là que l’industrie pharmaceutique développe en priorité, car ils sont beaucoup plus rentables que des médicaments traitant des maladies aiguës et ponctuelles ou des maladies « orphelines » qui touchent de rares personnes, ou bien encore des maladies tropicales qui affectent des millions d’individus trop pauvres pour payer. À ce niveau-là, il importe peu que les médecins soient manipulés ou non, car les choix commerciaux qui déterminent en amont la recherche et le développement (R&D) des médicaments leur échappent complètement. Ce n’est, bien entendu, pas l’intérêt des patients qui guide la R&D pharmaceutique, mais celui des actionnaires.

Vous écrivez : « L’augmentation de la dépression durant les années 1990 ne fait que refléter celle des prescriptions d’antidépresseurs par les médecins généralistes et celle, astronomique, des profits des labos qui les produisaient. » Mais on connaît des épidémies de troubles mentaux qui ne peuvent pas être rattachées à l’industrie pharma¬ceu¬tique. Comment faire la part des choses ?
Le champ « psy » a toujours connu des modes et des épidémies, certaines formes de troubles mentaux tenant le haut du pavé pendant un certain temps pour ensuite céder la place à d’autres. Cela vient du fait que, à l’exception des psychoses, la plupart des troubles mentaux ne sont pas de véritables maladies. Pour le dire très vite, ce sont des manières d’être et de se présenter à autrui, des « idiomes » destinés à communiquer un mal-être et une demande de prise en charge. Il est donc normal que ces idiomes se modèlent sur les attentes de la société et des hommes-médecine au sujet de la bonne façon d’être « malade ». En ce sens, la demande symptomatique s’adapte à l’offre thérapeutique et change avec elle. Ce mécanisme a toujours existé, mais il est à présent exploité, avec un cynisme sidérant, par les départements marketing des grands laboratoires. Ils ont même un nom pour cela, le condition branding : on lance de nouvelles maladies comme on lancerait une marque de jeans, afin d’accrocher une clientèle à tel ou tel nouveau médicament, jusqu’à ce que le brevet de celui-ci tombe en désuétude – après quoi on recommence avec une autre maladie et un autre médicament. Très peu de gens en ont conscience, mais la façon dont nous allons nous sentir mal dans notre peau dans cinq ou dix ans se décide aujourd’hui dans des bureaux en fonction de stratégies industrielles et commerciales. Le « psycho-pouvoir » de l’industrie pharmaceutique est aussi irrésistible qu’il est invisible.

Dans son livre, Marcia Angell constate que le processus de corruption de la recherche médicale américaine ne s’est vraiment engagé qu’après le vote en 1980 du Bayh-Dole Act, loi encourageant les universités et les petites entreprises à tirer profit des découvertes issues du financement public. Faut-il admettre qu’en dernière analyse le mal vient du Congrès ?
Ce n’est un secret pour personne que le lobby pharmaceutique est l’un des plus puissants à Washington (189,1 millions de dollars dépensés en lobbying par les firmes en 2007) et qu’il fait depuis longtemps la pluie et le beau temps au Congrès. Le Bayh-Dole Act a en effet joué un rôle très important dans la transformation des centres de recherche universitaires en entreprises commerciales travaillant en partenariat avec l’industrie et dans la mainmise des compagnies pharmaceutique sur la santé. Le vote de cette loi a coïncidé avec le début de l’ère Reagan et de la dérégulation. C’est dans ce modèle du laisser-faire économique, qui a depuis envahi la planète avec les conséquences désastreuses que l’on sait, qu’il faut chercher la raison profonde de la « privatisation » de la médecine.

Comment expliquer que la Food and Drug Administration ait accepté que l’industrie puisse faire de la publicité pour ses médicaments, directement auprès du grand public ?
La FDA dépend pour moitié de son budget des sommes que lui versent les laboratoires pour évaluer les médicaments qu’elles lui soumettent pour approbation. Voilà la réponse à votre question : la FDA est financée par l’industrie qu’elle est censée réguler ! De plus, les experts auxquels elle fait appel sont inévitablement liés d’une façon ou d’une autre aux firmes, puisqu’il est quasiment impossible de faire de la recherche de pointe en médecine sans cela. Dans ce domaine, les conflits d’intérêts ne sont pas l’exception, ils sont la règle.

Les problèmes décrits dans l’article de Marcia Angell valent-ils aussi pour l’Europe
?
Il y a bien sûr des différences non négligeables selon les continents et les pays. Le prix des médicaments est régulé dans les pays européens et la publicité directe auprès des consommateurs n’y est pour l’heure pas autorisée, malgré les efforts des lobbyistes auprès de l’Union européenne. Mais, dans l’ensemble, le modèle commercial des laboratoires est le même partout. Il faut bien voir que la moitié des grandes firmes pharmaceutiques ont leur siège social en Europe et il s’agit de toute façon de multinationales dont les stratégies sont planétaires. Les sommes fabuleuses qu’elles dépensent en marketing, en lobbying et en transferts de technologie corrompent le champ médical au niveau mondial, à une profondeur qui va bien au-delà des cas de corruption caractérisée qui font la Une des journaux.

À propos d’un autre livre dénonçant la corruption de la recherche médicale (2), un spécialiste écrivait dans la prestigieuse revue Science : « Du point de vue de la politique à mettre en œuvre, la question clé est : quel est le résultat net des relations entre l’industrie et le corps médical ? Dans quelle mesure les bénéfices l’emportent-ils sur les risques et vice versa ? Pour l’heure, les données empiriques permettant de répondre font défaut. Le débat est donc principalement éthique. » Que pensez-vous de ce point de vue ?
Ce débat est tout sauf philosophique. Lorsque des compagnies cachent délibérément les effets secondaires de leurs médicaments et/ou vantent ceux-ci auprès de patients pour lesquels ils ne sont pas indiqués, c’est la santé des populations qui est en jeu. Ce n’est par pour rien que des géants de l’industrie comme Eli Lilly, Merck ou Pfizer ont été condamnés ces dernières années à payer au total plusieurs milliards de dollars à cause de leurs pratiques de marketing illégales : des gens sont morts ou ont vu leur santé gravement compromise. La question est de savoir si l’intérêt des entreprises coïncide avec l’intérêt public. C’est ce que voudrait nous faire croire l’idéologie du laisser-faire économique, mais il suffit d’ouvrir le journal pour avoir toutes les « données empiriques » prouvant le contraire ! Il ne s’agit pas de dire que
les compagnies pharmaceutiques sont toutes des entreprises criminelles et qu’elles ne cherchent pas à produire des médicaments efficaces, mais il est clair qu’entre le bien des patients et le bien des actionnaires elles choisiront toujours ce dernier.

Un philosophe américain suggère de ne pas prendre le risque d’entraver l’innovation en étouffant les entreprises sous un amas de réglementations, de laisser cette « science postacadémique » se développer, mais de favoriser massivement, par ailleurs, la recherche désintéressée (3). Que pensez-vous de cette suggestion ?
Elle me semble d’une grande naïveté car, en réalité, l’industrie n’est pas ou n’est plus innovante. Tous les observateurs s’accordent pour le dire : la plupart des médicaments produits ces vingt dernières années sont des me too (moi aussi), c’est-à-dire des versions à peine différentes de médicaments déjà disponibles sur le marché. Les rares exceptions ont le plus souvent été découvertes dans des centres de recherche universitaires avant d’être vendues à l’industrie. Celle-ci consacre en moyenne deux fois et demie plus d’argent au marketing qu’à la R&D, à quoi il faut ajouter que celle-ci est elle-même très souvent du marketing déguisé en science. Ce modèle de développement a été extrêmement rentable pendant vingt ans, mais il est désormais à bout de souffle et il va sans doute imploser à terme, car le marketing ne suffit plus à cacher que le roi est nu et que la société paye beaucoup plus à l’industrie qu’elle ne reçoit en échange. Comme dans le cas du système financier, on s’apercevra alors qu’on ne peut pas faire confiance aux intérêts privés pour prendre en compte l’intérêt public et qu’une régulation véritablement indépendante est nécessaire pour nous protéger de l’appât du gain de quelques-uns.

Propos recueillis par Olivier Postel-Vinay

Notes

1| XXI, n° 4, octobre 2008.

2| Il s’agit du livre de Jerome Kassirer, évoqué dans notre encadré

3| John Ziman, « Non-instrumental Roles of Science », Science and Engineering Ethics, vol. 9 (2003).

Bibliographie

Ouvrages en français
- Philippe Pignarre, Le Grand Secret de l’industrie pharmaceutique, La Découverte, 2004. Le point de vue d’un ancien de Synthélabo.
- Jean-Claude St-Onge, L’Envers de la pilule. Les dessous de l’industrie pharmaceutique, Écosociété. L’analyse d’un Québécois.
- Dirk Van Duppen, La Guerre des médicaments. Pourquoi sont-ils si chers ?, Aden, 2004. L’analyse d’un Belge.

Ouvrages en anglais
- Fran Hawthorne, Inside the FDA. The Business and Politics Behind the Drugs We Take and the Food we Eat (« À l’intérieur de la FDA. L’argent et la politique derrière les médicaments que nous prenons et la nourriture que nous mangeons »), Wiley, 2005.
- Sheldon Krimsky, Science in the Private Interest. Has the Lure of Profits Corrupted Biomedical Research? (« Science et intérêt privé. L’appât du gain a-t-il corrompu la recherche médicale ? »), Rowman and Littlefield, 2004.
- Ray Moynihan et Alan Cassels, Selling Sickness. How the World’s Biggest Pharmaceutical Companies are Turning us all into Patients (« Maladies à vendre. Comment les plus grandes compagnies pharmaceutiques nous transforment tous en patients»), Nation Books, 2006.

Sources

La rédaction de Books

 

La croisade du docteur Healy

Psychiatre gallois, professeur à l’université de Cardiff, David Healy a longtemps été un acteur du système. Mais au début des années 1990, estimant que la prise d’un antidépresseur comme le Prozac pouvait induire une conduite suicidaire, il entreprit d’enquêter sur les pratiques de l’industrie. Il en a tiré un premier livre à charge, Le Temps des antidépresseurs, publié en anglais en 1999 (1). L’année suivante, alors que l’université de Toronto l’avait sollicité pour occuper une chaire de psychiatrie, il vint y faire une conférence dans laquelle il réitéra ses accusations contre le Prozac. Quelques jours plus tard, il reçut un e-mail de l’université lui faisant savoir qu’elle retirait son offre. Bien que la relation de cause à effet n’ait pu être établie, il est admis, dans le milieu universitaire, que la firme Eli Lilly, qui fabrique le Prozac, a exercé un chantage sur l’établissement, menaçant de lui retirer le soutien financier conséquent qu’elle lui accordait.
Revenu furieux au pays de Galles, Healy a approfondi son enquête sur l’histoire de l’influence de l’industrie pharmaceutique sur la psychiatrie. Il a publié plusieurs ouvrages importants (non traduits en français) : « La création de la psychopharmacologie » (2004), « Laissez-les manger du Prozac » (2006), « La manie. Brève histoire du trouble bipolaire » (2008) et, tout récemment : « Les médicaments psychiatriques expliqués ».
Healy est un personnage haut en couleur. L’un de ses derniers livres, coécrit avec Edward Shorter, autre historien de la psychiatrie, est consacré à l’histoire des électrochocs (2). Mais l’ouvrage promeut aussi l’usage de cette méthode pour tous les patients déprimés qui ne réagissent pas positivement aux médicaments. On y lit que, dans un avenir prévisible, s’offrir une séance d’électrochocs sera aussi routinier que d’aller chez le dentiste. Dans un article publié dans le Times Literary Supplement, un autre historien de la psychiatrie, Mark S. Micale, juge que Healy, si brillant soit-il, pousse cette fois le bouchon un peu loin.

* Le Temps des antidépresseurs, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002.

** Shock Therapy. A History of Electroconvulsive Treatment in Mental Illness, Rutgers University Press, 2007.

 
Fil Informations

Méthode MAC

Comment développer facilement une mémoire étonnante !

Ainsi que l'attention et la concentration.

Lire la suite...