Accueil Présentation Textes fondateurs Les conditions du bonheur

Les conditions du bonheur

Aristote, explique de façon détaillée le bonheur dans l’Ethique à Nicomaque, ici il résume sa pensée.

 

Nous croyons avoir suffisamment établi ailleurs en quoi consiste le bonheur de la vie. Nous nous contente­rons de faire ici l'application de nos principes.

Personne ne contestera la division, habituelle aux philo­sophes, des biens en trois classes : ceux de l'âme, ceux du corps, et les extérieurs. Tous ces biens doivent se rencon­trer chez les gens heureux.

Jamais on ne comptera parmi ceux-ci un homme qui n'a ni courage, ni tempérance, ni justice, ni prudence ; qui redoute jusqu'au vol des mouches dans l'air ; qui se livre à tous les excès du boire et du manger ; qui, pour le plus vil intérêt, tuerait ses meilleurs amis ; qui s'avère aussi dépourvu de raison que les enfants et les furieux.

Mais quoiqu'on soit d'accord là-dessus, on diffère par le plus ou le moins. La plupart, pensant qu'il leur suffit d'avoir tant soit peu de vertu, désirent à l'infini surpasser les autres en richesse, en puissance, en gloire et en autres avantages semblables. Il est aisé de savoir là-dessus à quoi s'en tenir ; il n'y a qu'à consulter l'expérience. Nous voyons tous que ce n'est point par les biens extérieurs qu'on acquiert et conserve les vertus, mais que c'est plutôt par les talents et les vertus qu'on acquiert et conserve les biens extérieurs ; et que, soit qu'on fasse consister le bon­heur dans le plaisir ou dans la vertu, ou dans tous les deux, ceux qui ont de l'intelligence et des mœurs excel­lentes y parviennent plutôt avec une médiocre fortune que ceux qui ont au-delà du nécessaire et qui manquent des autres biens.

La raison, pour peu qu'on y prenne garde, suffit pour nous en convaincre. Les biens extérieurs ne sont que des instruments utiles, s'ils sont proportionnés à leur fin, maïs semblables à tout autre instrument dont l'excès nuit nécessairement ou du moins est inutile à celui qui le manie. Les biens de l'âme, au contraire, ne sont pas seule­ment honnêtes, ils sont aussi utiles, et plus ils excèdent la mesure commune, plus ils ont d'utilité.

 

Aristote LA POLITIQUE.  DU CITOYEN ET DE LA CITÉ. Page 57

Editions Gonthier by PUF

 
Fil Informations

Méthode MAC

Comment développer facilement une mémoire étonnante !

Ainsi que l'attention et la concentration.

Lire la suite...