Accueil Méthodologie Gestes mentaux Une entrevue avec Antoine de La Garanderie

Une entrevue avec Antoine de La Garanderie


Question: Qu'étudie la gestion mentale?

Les gestes mentaux

Question: Quels gestes mentaux?

Ceux qui assurent l'activité cognitive de l'être humain.

 

Question: Quels sont-ils ?

Les gestes d'attention, de mémorisation, de compréhension, de réflexion, d'imagination créatrice.

Question: Que procure cette étude de ces gestes mentaux?

Des définitions proprement descriptives de la façon d'effectuer ces gestes mentaux pour qu'ils soient réussis; ce qui veut dire que tout être humain qui décidera d'adopter ces définitions pour conduire ses actes d'activité cognitive ne pourra que les mener à bonne fin.

Question: Comment furent obtenues ces définitions proprement descriptives de l'activité cognitive?

Par un effort direct d'élucidation en se posant les questions suivantes:

Qu'est-ce qui fait qu'un acte d'attention est attentif?

Qu'est-ce qui fait qu'un acte de mémorisation est mémorisant? etc.

 

Question: Qu'est-ce qui assure que ces définitions sont descriptives, si elles ne partent pas d'observations directes de sujets en situation d'activité cognitive?

1- L'intelligibilité qui les caractérise

2- L'efficacité certaine de qui les met en oeuvre.

 

Question: Peut-on parler de "description" si l'on n'est pas sur le terrain de l'observation?

On est sur le terrain de la description, parce qu'on vise à décrire un acte d'attention qui porte en lui la structure propre à l'acte d'attention etc.. On décrit ce qui peut faire que cet acte atteigne son but.

 

Question: Une fois ces définitions construites et communiquées, que fait la gestion mentale?

Elle interroge les sujets pour savoir comment ils s'y prennent pour exécuter les actes de l'activité cognitive.

 

Question: Quel besoin y a-t-il de s'inquiéter de la façon dont les sujets s'y prennent pour conduire leurs actes de connaissance puisqu'on a beaucoup mieux à leur proposer?

C'est que les sujets restent esclaves de leurs façons habituelles d'exécuter leurs actes d'activités cognitives. Ils ont besoin d'en faire l'analyse pour s'en libérer, s'ils ne sont pas efficaces, avant de pouvoir adopter ceux qu'on a à leur proposer.

Question: Comment va-t-on s'y prendre pour les libérer et les mettre en situation d'adopter les bons gestes mentaux de connaissance?

En les mettant en situation de tâche à propos de ces actes en gestes fondamentaux de l'activité cognitive à la suite desquels on les interrogera sur la façon dont mentalement ils s'y sont pris pour les exécuter.

On demandera donc à ces sujets des actes dits d'introspection, puisqu'ils devront se référer à ce qui vient de se passer dans leur conscience au cours de la tâche qu'ils viennent d'effectuer.

 

Question: L'introspection a été rejetée par des milieux scientifiques comme non valable, qu'avez-vous à répondre?

Si l'introspection a été refusé par ces milieux scientifiques (pas tous du reste), c'est qu'ils s'en tenaient à des critères de pure forme ou qu'ils ignoraient l'usage que nous en faisions.

 

Question: Pourriez-vous préciser?

Je laisse les critiques de pure forme, car elles n'ont qu'un caractère "à priori" et l'usage que nous ne faisons suffit à en montrer l'inanité.

Nous pratiquons l'introspection de la façon suivante:

 

Des sujets, aussi nombreux qu'on veut, sont invités à exécuter une tâche mettant en jeu tel ou tel geste mental de l'activité cognitive.

On les interroge après coup par des questions très précises sur la façon dont ils s'y sont pris mentalement pour l'exécuter. On pose à tous les mêmes questions, on note toutes leurs réponses, on compare les résultats de la tâche à la façon dont ils s'y sont pris. On compare leurs témoignages. Cette façon d'utiliser l'introspection a été reconnue par les épistémologues comme expérimentale, c'est à dire comme scientifique.

 

Question: N'y a t-il donc qu'une seule bonne façon d'exécuter les gestes mentaux de la connaissance?

Oui, mais cette seule bonne façon ne conduit pas à un statut d'uniformisation. Les sujets, à partir du bon geste mental de connaissance, constituent des objets de connaissance différents. Certains sujets composent ces objets avec des images visuelles, concrètes ou abstraites, d'autres avec des images phonétisées, des mots concrets ou abstraits. De là, des structures d'opérations cognitives nuancées dont il faut que le sujet prenne connaissance.

 

Question: Comment s'y prendra-t-on pour cela?

En interrogeant les sujets, toujours à partir de tâches, afin de lui permettre de dégager soit des procédures qu'ils emploient, soit celle qu'ils pourraient ou devraient employer.

Cette interrogation dont le but est la prise de conscience des moyens employés pour répondre aux tâches mêmes les plus complexes relève de ce qu'on appelle les "profils pédagogiques".

 

Question: Qu'apporte le profil pédagogique du sujet?

La prise de conscience des procédures qu'il utilise à son insu dans toutes les situations de tâche qu'il est amené à conduire dans sa vie. Ensuite, la prise de conscience des procédures qu'il pourrait ou devrait utiliser pour les mener à bonne fin.

Source : IIGM

http://www.iigm.org/default.aspx?tabid=6

 

Pour recevoir gratuitement, chaque mois la Lettre mensuelle, "Travailler avec Méhode c'est Réussir" et ses nombreuses informations exclusives , inscrivez-vous en moins de 20" Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Si vous n'avez pas de logiciel de messagerie (outlook, express ou autre...) faites un copier/coller de cette adresse : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. dans votre messagerie (hotmail, free, gmail, orange...) ou bien enregistrez-vous simplement en cliquant ici.

 
Fil Informations

Méthode MAC

Comment développer facilement une mémoire étonnante !

Ainsi que l'attention et la concentration.

Lire la suite...